fbpx

produits ménagers

En lisant le titre de cet article, vous avez sûrement été supris•e : comment ça, tous les produits ménagers ne sont pas véganes ? En effet, quand on parle de véganisme, le ménage n’est pas la première chose qui vient à l’esprit. Pour autant, la plupart des produits d’entretien ne sont pas cruelty free et sont la cause d’une grande souffrance animale… On fait le point avec vous, et on vous donne toutes nos astuces pour avoir une maison propre avec respect !

Des tests cruels et absolument pas nécessaires

La grande majorité des produits ménagers vendus dans la grande distribution font l’objet de tests sur les animaux. Ils ne sont pas concernés par la législation européenne interdisant les tests sur les animaux (ceci dit, cette législation n’empêche pas totalement les tests sur les produits cosmétiques non plus… Pour vous assurer que vos produits cosmétiques sont véganes, choisissez-les labellisés).  The Body Shop a d’ailleurs lancé une grande campagne dans le but de mettre définitivement fin aux tests sur les animaux dans le milieu cosmétique, et dans le monde entier, d’ici 2020. Si ce n’est pas encore, fait, vous pouvez aller signer la pétition.

Pour chaque produit d’entretien vendu dans le commerce, un millier de lapins, cochons, hamsters, rats et souris sont testés. Pour chacun des ingrédients, plusieurs autres milliers d’animaux souffrent également. Les tests réalisés sont similaires à ceux mis en place pour les cosmétiques. Les lapins sont par exemple particulièrement utilisés pour les tests d’irritation cutanée et oculaire : ils secrètent moins de liquide lacrymal et peuvent donc moins expulser les substances irritantes. Ils sont immobilisés et les produits sont directement appliqués dans leurs yeux, ce qui rend de nombreux lapins aveugles. Pour les produits d’entretien, on mène également des tests sur la reproduction.

Tous ces tests ne sont absolument pas nécessaires : il est possible de recourir à des techniques in vitro avec des cellules, des tissus humains ou même des calculs informatiques. Les alternatives existantes sont plus fiables et bien moins onéreuses que les tests sur les animaux : un test sur une peau reconstituée peut coûter 500 dollars alors qu’un test sur les animaux peut coûter jusqu’à 1 million de dollars !

Quelles marques choisir ?

Les labels utilisés sont les mêmes qu’en cosmétiques. Pour vous y retrouver, voici une liste des différents labels et de leurs caractéristiques.

On peut trouver un certain nombre de marques cruelty free et véganes en grande surface et en magasin bio. Ophélie Véron, auteure du blog Antigone XXI, les liste dans son livre Planète végane.

Les marques suivantes sont cruelty free et 100% véganes :

Attention toutefois à la marque L’Arbre vert : elle a récemment été rachetée par Sodalis qui projette de s’implanter en Chine, ce qui rendrait obligatoires les tests sur les animaux des produits de cette marque.

Les marques suivantes sont cruelty free mais non véganes à 100%. Des substances animales peuvent parfois être utilisées dans certains produits : il faut alors se référer à la liste des ingrédients, qui peut par exemple contenir de la cire d’abeille ou des graisses animales.

attitude

La marque Attitude ne teste pas sur les animaux et est 100% végane. Crédits : labonneattitude.com

 Optez pour le fait maison !

Le moyen le plus simple de savoir d’où proviennent les produits que vous utilisez est encore le fait maison ! Il s’agit de l’alternative la plus saine, la plus écologique et la plus économique aux produits d’entretien du commerce. Faire ses propres produits n’est pas très chronophage : il suffit généralement d’y passer quelques minutes par mois.

Pour nettoyer toutes vos surfaces, éviers, lavabos, rien de mieux que le vinaigre blanc ou vinaigre d’alcool. Vous pouvez le trouver en supermarché pour quelques dizaines de centimes. Versez le dans un vaporisateur et coupez avec un peu d’eau, puis vaporisez-le sur les surfaces à nettoyer. Vous pouvez même détartrer votre bouilloire ou cafetière en y versant un mélange de vinaigre blanc et d’eau, ou nettoyer la cuvette de vos toilettes avec. Si vous n’aimez pas son odeur (qui se dissipe très vite après le nettoyage), vous pouvez y ajouter quelques gouttes d’huile essentielle de citron ou y faire tremper vos peaux d’agrumes pendant quelques jours.

Pour les sols ou votre douche ou baignoire, vous pouvez opter pour du savon noir ou du savon de Marseille, facilement trouvables dans le commerce. Le bicarbonate de soude est également un ingrédient magique : combiné avec du vinaigre blanc, la réaction chimique peut vous aider à déboucher vos canalisations. Il peut être utilisé comme poudre à récurer, comme désodorisant ou comme adoucissant.

Il est également très facile de fabriquer votre propre lessive : de nombreuses recettes existent sur internet. Celle-ci est testée et approuvée. En guise d’adoucissant, vous pouvez verser un peu de vinaigre blanc dans le compartiment réservé à cet effet de votre machine à laver. Promis, ça ne sent rien ! Pour les tâches tenaces, vous pouvez effectuer un prélavage à l’aide de savon de Marseille par exemple.

Les ressources pullulent sur le web pour vous aider à faire le ménage au naturel. Cet e-book pourra par exemple vous inspirer.

A très bientôt sur le blog !

Nos sources :

Planète végane, Ophélie Véron

Cosmétiques et produits non testés, Vegan Pratique

Les méthodes alternatives à la recherche animale, Antidote Europe

Tests sur les animaux : Cruelty Free International nous dit tout !, Et pourquoi pas Coline

Les labels cruelty free et vegan à privilégier, Gala’s Blog

Lires plus

 

barbecue végane

Vous avez un barbecue de prévu ce week-end, et vous êtes à court d’idée sans cruauté ? Pas de panique, on vous donne toutes nos astuces pour vous régaler avec de délicieuses grillades véganes !

Les brochettes de légumes

Qui dit barbecue dit brochettes ! Nous, on raffole des brochettes de légumes : beaucoup de combinaisons sont possibles, et vos papilles et votre santé vous diront merci ! Vous pouvez par exemple glisser sur votre pic à brochette des tranches de poivrons, d’oignons rouges, de courgettes, des champignons et pourquoi pas quelques falafels ou quelques tranches de tofu, comme pour cette recette. Le résultat est ultra coloré et appétissant !

Brochettes de légumes

Crédits : Ilovevegan.com, The Greedy Vegan et Eatwell101.com

Autre idée : enfiler sur son pic à brochette des lamelles de courgettes recouvertes de la marinade de votre choix. On en salive d’avance ! Il est également possible de faire griller des choux fleurs assaisonnés de sauce barbecue pour un petit côté piquant.

D’ailleurs, même pas besoin de brochettes pour se régaler avec des légumes grillés : sur une plancha, vous pouvez directement faire revenir des rondelles de courgette imbibées d’un peu d’huile d’olive et parsemées de thym, ou bien des poivrons. Nous on adore les champignons fourrés au fromage végétal : évidez des champignons et remplissez les de fromage végétal capable de fondre, comme par exemple de la mozzarella végane. Faites ensuite griller les champignons au barbecue, ce qui fera délicieusement fondre le fromage… Gourmandise assurée !

Les simili-carnés

Il existe aujourd’hui des simili-carnés extrêmement bluffants, vendus en magasin bio ou même dans les supermarchés. Faire griller des petites saucisses végétales est une excellente idée pour un barbecue : elles sont toutes aussi délicieuses que les saucisses traditionnelles, mais ne font aucun mal aux animaux ! Si vous voulez la jouer à l’américaine, vous pouvez les glisser dans un pain hot-dog et les assaisonner de ketchup, de moutarde ou même de mayonnaise végane.

Vous pouvez également faire griller un steak végétal sur le barbecue, puis le manger avec un pain à burger et les légumes de votre choix. On est d’ailleurs très curieuses de goûter le pulled pork burger végane de Aujourd’hui demain, fait à base de fruit du jacquier.

Et pour l’accompagnement ?

Pour accompagner vos grillades, vous pouvez concocter de petits bâtonnets de légumes à tremper dans du houmous, ou dans la tartinade de votre choix. Ça change des traditionnelles chips, et apporte un peu de croquant et de vitamines au menu ! C’est aussi le moment de préparer un délicieux taboulé libanais, une recette traditionnellement végane, ou bien une salade de pâtes ou de riz. Pour le dessert, rien de mieux qu’une tranche de pastèque pour se rafraîchir, ainsi qu’une délicieuse nice cream !

 

nice cream

Crédits : WholefullyChocolate covered Katie et Emilie Eats

 

Lires plus

Ça y est, vous avez enfin reçu votre paire de chaussures véganes Minuit sur Terre ! On vous explique comment les chouchouter pour qu’elles vous accompagnent dans vos aventures quotidiennes sans jamais prendre une ride.

Pour les modèles en simili-cuir

Avant de porter vos chaussures pour la première fois, vous pouvez les imperméabiliser à l’aide d’un imperméabilisant pour synthétique. Laissez le produit poser comme il est indiqué sur l’emballage. Attention, il ne faut pas utiliser de produit pour le cuir qui pourrait laisser des taches ! Tout produit d’entretien doit être testé au préalable sur une petite partie de la chaussure pour éviter les traces.

Les modèles en simili-cuir ne doivent pas être cirés. Pour les nettoyer, utiliser une éponge imbibée d’eau savonneuse, bien essorée. Choisissez une éponge douce et non abrasive. Surtout, ne frottez pas trop fort et effleurez seulement la tâche avec votre éponge. Séchez ensuite avec un linge propre et sec.

N’utilisez aucun autre produit d’entretien pour vos chaussures : ni produit spécifique pour le cuir, ni vinaigre, ni alcool ou aucun produit chimique.

Pour rafraîchir l’intérieur de vos chaussures après les avoir porté, vous pouvez y saupoudrer un peu de bicarbonate de soude et le laisser poser quelques heures.

Pour les modèles en simili-daim

Avant de porter vos chaussures pour la première fois, imperméabilisez-les à l’aider d’un imperméabilisant classique. Pensez à tester votre produit sur une petite partie de la chaussure avant utilisation. 

Pour entretenir vos chaussures, utilisez une brosse en crêpe. N’oubliez pas de nettoyer les deux chaussures même si une seule est sale, pour qu’elles conservent exactement le même aspect.

Pour les tâches, utilisez une brosse à ongles trempée dans de l’eau tiède savonneuse en frottant très délicatement. Séchez les ensuite à l’aide d’un linge propre.

Pour une tâche de graisse, saupoudrez-les de talc ou de Terre de Sommières et laissez reposer plusieurs heures, puis brossez vos chaussures.

Vous pouvez également saupoudrer un peu de bicarbonate de soude à l’intérieur de vos chaussures et le laisser poser quelques heures pour les rafraîchir un peu.

Lires plus

fabrication Portugal

Nos jolies chaussures véganes sont fabriquées dans la région de Porto, au Portugal. Pourquoi avoir fait ce choix ? On vous explique tout, et surtout pourquoi nous n’avons (pas encore) opté pour le made in France.

Un savoir-faire d’exception

La région de Porto est très connue pour son expertise en matière de fabrication de chaussures. De nombreux ateliers sont présents et tous les styles et modèles de chaussures sont représentés. Cela nous permet de vous proposer des modèles très bien finis, de bonne qualité et qui survivront avec brio à vos aventures les plus palpitantes !

Une certaine ouverture d’esprit

Du fait de leur savoir-faire, les fabricants portugais ne sont absolument pas fermés à l’utilisation d’autres matériaux que le cuir. Concevoir des chaussures durables et de qualité dans des matériaux synthétiques est donc tout à fait possible. Ainsi, toutes nos exigences sont respectées ! Nos matières sont, quant à elles, fabriquées en Italie : nous privilégions un circuit européen pour avoir une empreinte écologique plus faible au niveau du transport.

Des travailleurs qualifiés et payés décemment

Chez Minuit sur Terre, notre mot d’ordre est le respect. Nous tenons à ce que tous nos modèles soient fabriquées dans de bonnes conditions, par des personnes rémunérées à la hauteur du travail qu’elles fournissent. Les modèles de la collection permanente sont fabriqués dans deux petits ateliers où les ouvriers sont bien payés et où les horaires de travail sont corrects.

Une empreinte écologique plus faible

Fabriquer dans la région de Porto nous permet de transporter nos modèles par camion, sur un trajet de 1000 kilomètres. Votre paire de chaussures n’a donc ni pris l’avion, ni voyagé en bateau. De plus, les matières qui la composent proviennent d’Italie. Elles sont donc 100% européennes et fières de l’être !

Et le made in France ?

On nous demande souvent pourquoi nous n’avons pas choisi une fabrication française pour nos chaussures véganes. Cette question est tout à fait justifiée : il est en effet important de soutenir l’artisanat français et de consommer local. Cependant, il est pour le moment compliqué pour nous de faire fabriquer nos chaussures dans notre beau pays. Le coût serait  bien plus élevé, or nous tenons à vous proposer des modèles de qualité, respectueux des animaux, des travailleurs et de l’environnement, mais aussi de votre portefeuille ! Il n’est pas toujours facile de consommer durable à cause du prix élevé des alternatives éthiques et écologiques. Fabriquer au Portugal nous permet de respecter nos convictions sans pour autant vous ruiner !

De plus, la tradition pèse encore lourd en France. Beaucoup de fabricants n’envisagent pas de concevoir des modèles de qualité dans une autre matière que le cuir ou le daim : pour eux, le synthétique n’est pas un matériau « assez noble », ce qui est bien dommage pour la vie du milliard d’animaux tués chaque année pour leur peau. Si par l’avenir les mentalités évoluent et les prix se font plus abordables, nous serions ravis de vous proposer des modèles fabriqués en France.

On vous laisse avec un petit résumé en image :

Fabrication Portugal

A très bientôt sur le blog !

Lires plus

Aujourd’hui sur le blog, on vous parle d’un sujet important : l’abandon des animaux à la Réunion et la maltraitance qu’ils subissent. Une partie des bénéfices tirés de notre jeu Fluffy Dog sera versée à une association de protection des animaux réunionnais. Si vous n’êtes pas au courant de la situation, on vous informe sur le sujet et on vous encourage vivement à soutenir les associations qui aident les animaux sur place !

Des abandons massifs sources de maltraitance

Pour presque 900 000 habitants sur l’île de La Réunion, on compte 300 000 animaux abandonnés, soit un animal abandonné pour trois habitants. Les chiens et les chats errants sont extrêmement nombreux sur l’île et se multiplient de manière incontrôlable : les associations de protection animale sont donc débordées. Le recours à l’euthanasie, pour tenter de « régler ce problème », est très courant : près de 13 000 euthanasies par an ont lieu, soit 18 % des euthanasies pratiquées sur le sol français pour la seule île de La Réunion. Ces chiffres ne mentionnent pas l’empoisonnement souvent pratiqué par les riverains.

Le rapport aux animaux des habitants n’est pas le même qu’en métropole. Les propriétaires d’animaux ne se soucient souvent pas de leur bien-être et peuvent aller jusqu’à commettre des actes de maltraitance. On voit par exemple des « chiens sonnettes » qui passent leur vie attachés à une corde et ne servent qu’à alerter leurs propriétaires, à l’aide de leurs aboiements, que quelqu’un approche de la maison. La corde fait souvent moins d’un mètre : elle leur scie le cou et ils ne peuvent pas se déplacer. Des actes de violence sont régulièrement perpétrés contre les animaux, qui sont blessés par leurs propriétaires ou même volontairement écrasés par des voitures. Ils sont parfois utilisés pour la pêche aux requins : ils servent alors d’appâts pour attirer les poissons. Plus de 7000 cadavres de chiens et de chats sont ramassés chaque année sur l’île.

infographie-maltraitance-reunion

 

La cause de cette maltraitance est la prolifération des animaux sur l’île, en raison de leur abandon et de leur reproduction. Un chien adopté sur deux est abandonné par son propriétaire ou parvient à s’échapper, et la stérilisation des animaux est quasiment absente. On retrouve donc de nombreux chiens dans les rues, écrasés sur les routes ou même dans les églises où ils tentent de se réfugier. Pour se nourrir, ils attaquent parfois les animaux d’élevage, ce qui cause la colère de leurs propriétaires.

De nombreuses personnes égarent leur animal sur l’île et ne parviennent pas à le retrouver. Les vents tournent très souvent car La Réunion est une île, ce qui perturbe les animaux car les odeurs qui leur servent à se repérer se dispersent très vite. Ils ne parviennent donc pas à retrouver leur chemin. De plus, les personnes qui secourent un animal n’ont pas le réflexe de contrôler son identité, à l’aide de son tatouage ou de sa puce électronique, lorsqu’elles le recueillent. Il est également courant sur l’île de ne pas faire identifier son chien ou de ne pas le sortir en laisse : les animaux se promènent alors librement et sont capturés avec les chiens errants par la fourrière.

Le témoignage d’Alice, ayant vécu à la Réunion : 

« Il y a des chiens errants partout, sales, maigres et plein de puces, des chiots dans des cartons et des chats qui miaulent dans des poubelles. On croise des chiens sans poils ou se traînant sur les pattes avant, l’arrière-train paralysé par un choc avec une voiture. Le plus difficile, c’est de voir l’indifférence des gens : personne ne se soucie du problème et on se fait régulièrement réprimander si on nourrit les chiens. Je suis kiné : en allant chez les gens pour les soigner, je voyais des chiens maigres attachés en plein soleil sans eau avec des chiots autour, ou des chiens apeurés dès que leur maître arrivait. Quand je parlais aux gens de campagnes de stérilisation gratuite, on me répondait « De toute façon, ça ne me dérange pas, je les dépose sur le chemin ». Quand je nourrissais un chien fréquemment, il finissait par suivre la voiture jusqu’à perte de vue. Un déchirement.  »

Lego et Kapla

Alice a adopté Lego et Kapla, qui ont maintenant une vie heureuse !

Des associations tentent de secourir les animaux abandonnés

Pour le moment, les solutions mises en place pour endiguer ce phénomène d’errance animale ne portent que peu leurs fruits. Malgré les campagnes de stérilisation et d’éducation auprès des habitants ou les amendes infligées aux propriétaires identifiés, les abandons et les actes de violence sont toujours plus nombreux. Pourtant, la stérilisation est gratuite pour les personnes non imposables, soit 79 % de la population. Il n’existe pas d’amende pour maltraitance ou pour non identification. Les pouvoirs publics n’agissent pas en conséquence et ce sont des associations de protection animale qui tentent de secourir les animaux abandonnés et de leur trouver des familles d’adoption, notamment en les rapatriant en métropole.

Parmi ces associations, en compte notamment l’APPAR, la RPALes Petits Innocents ou encore Envol-toit. Elles recueillent les animaux abandonnés pour leur donner une seconde chance. Après les avoir soignés, vaccinés, tatoués et stérilisés, elles les placent dans des familles d’accueil temporaires en attendant leur adoption. Par l’intermédiaire d’associations partenaires, les chiens peuvent aussi être adoptés en métropole : ils sont rapatriés dans des familles d’accueil,  avant d’être placés dans leur famille définitive. Il est aussi possible de participer au rapatriement des chiens en métropole en prenant l’avion depuis La Réunion : les associations confient les animaux aux volontaires avant l’embarquement, et des bénévoles les récupèrent à l’arrivée en métropole. Pour la plupart des associations, les animaux sont adoptables en France, en Suisse ou en Belgique.

Si vous souhaitez adopter un compagnon, rendez-vous sur les pages Facebook ou les sites web de ces associations pour secourir un animal et lui offrir une bien plus jolie vie ! Les chiens originaires de la Réunion sont appelés Royal Bourbon. Il ne s’agit pas de chiens de race : leurs origines sont diverses et ils ont donc des physionomies très diverses (taille, couleur…). Ce sont d’excellents compagnons : ils rendent un amour inconditionnel à ceux qui les adoptent. Ils sont obéissants, doux, affectueux et très résistants car malheureusement habitués au pire depuis plusieurs générations.

A adopter via Réunion Protection Animale (RPA)

 

Nos sources : 

Site de l’APPAR

Maltraitance animale sur l’île de la Réunion : un fléau ignoré des pouvoirs publics

La Réunion envahie par les chiens errants

Chiens errants à La Réunion : « C’est un problème de sécurité, de salubrité et économique »

Envol Toit Réunion : les images choc et quotidiennes de la maltraitance animale

 

Lires plus