Souvent considérés comme des extrémistes, les vegans sont régulièrement confrontés à des phrases qu’il vaut mieux prendre à la rigolade. En effet, par manque de connaissances sur le sujet, beaucoup on un avis très arrêté sur le mouvement. Nous avons donc décidé de vous expliquer que le véganisme se justifie vraiment à travers des phrases que de nombreux vegans entendent régulièrement. Sans être moralisateur, cet article se veut simplement informatif et pédagogique.

Voici donc les 20 phrases que les vegans ne veulent plus entendre et pourquoi ces affirmations sont fausses.

1- Il faut manger de tout pour être en bonne santé, tu dois être bourré de carences.

Non, c’est gentil de s’en inquiéter, mais être vegan ne signifie pas être carencé. En effet, de nombreux légumes, céréales et autres graines sont pleins de fer, de protéines et de calcium. En se renseignant et en adoptant une alimentation équilibrée, il est tout à fait possible d’être vegan sans souffrir d’aucun manque alimentaire.

© The Kitchen Love

2- Le cri de la carotte tu connais ?

Pour ceux à qui le cri de la carotte ne dis rien, il s’agit d’une théorie selon laquelle les plantes souffrirait lorsqu’elles sont arrachées à la terre pour être cuites et mangées. Les plantes ne possédant pas de système nerveux, ou en tout cas bien différent de celui d’un animal, cette théorie est assez peu probable et vise surtout à tenter de tourner en ridicule l’engagement des vegans et végétariens. Outre cette réalité, il faut pas mal des légumes pour élever les animaux destiné à la consommation : on parle de 5 à 10g de protéines d’origine végétale pour 1g de protéines d’origine animale… ça fait un sacré nombre de légumes sacrifiés non ?

© L’éthiquête

3- C’est naturel de manger de la viande. Regarde les lions avec les gazelles.

Alors oui c’est sûrement naturel pour un carnivore qui a un besoin physique d’ingérer de la viande, comme le lion. Or, l’homme est un omnivore, il est peut être fait pour être capable de digérer aussi bien des légumes que de la viande mais son corps n’a pas besoin de viande pour aller bien.  Le seul impératif, c’est d’apporter à notre corps ce dont il a besoin pour fonctionner et ces choses se trouvent en quantités amplement suffisantes dans les légumes, fruits, céréales et légumineuses.

© Unsplash

4- Ce que tu fais ne sert à rien. Il y aura toujours des gens pour manger de la viande.

Pour répondre à cela, il suffit de citer la légende amérindienne du colibri. Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu !  »

Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. »

© Unsplash

5- Il y a des causes plus importantes non ?

Être vegan ne veut bien évidemment pas dire être insensible à toutes autres causes importantes. Ce n’est pas parce que l’on choisit de ne plus consommer de produit animal que le sort de la planète et des humains ne nous intéresse pas et que nous ne faisons rien sur ces sujets la.

© Unsplash

6- Tu vas réagir comment si je me mets à manger un burger saignant devant toi ?

C’est une question difficile car elle dépend de la sensibilité de chacun. Pour ma part, je ne dirai rien, car je sais que c’est contre-productif, mais je ne pourrais pas m’empêcher de penser à ce que ce morceau de viande implique.

© Unsplash

7- Ah ben ne m’invite pas à manger chez toi, je n’aime ni la salade ni le tofu…

Encore une idée reçue sur l’alimentation vegan. Quand on s’y intéresse on se rend très vite compte qu’une multitude de recettes vegans existent. Des burgers aux pizzas en passant par de nombreux autres plats plus sophistiqués et desserts, la majorité des plats contenant des produits animaux sont adaptables en version vegan. Vous pouvez également ajouter à ça un grand nombre de plats qui sont des créations vegans et vous allez vite vous rendre compte que de nombreuses recettes existent pour vous aider à varier votre alimentation !

© Unsplash

8- Et tes enfants ? C’est de la maltraitance !

C’est une idée reçue suite au scandale du nourrisson qui est décédé car alimenté avec du lait végétal classique. Il existe plusieurs laits végétaux maternisés conçus spécialement pour répondre aux besoins nutritionnels des bébés, et qui sont sans risque sur leur croissance.

Depuis toujours, les enfants mangent ce que leurs parents leur donnent à manger. Si des enfants se révèlent vegans après plusieurs années de régimes omnivores, il en est de même pour des enfants ayant grandi avec un régime vegan et choisissant de passer à un régime omnivore en grandissant. Chacun démarre dans la vie avec les idées de ses parents et, en prenant en maturité, décide de s’en affranchir ou de continuer dans cette voie.

Beaucoup critiquent les parents vegans d’imposer leur régime alimentaire à leur enfant, mais c’est le cas aussi des parents omnivores qui imposent la viande par exemple.

La maltraitance serait de ne pas donner à manger à son enfant, ici la question est uniquement de lui donner à manger différemment de la majorité des gens.

© Unsplash

9- Moi je n’ai pas les moyens de manger végé !

Compte tenu du prix moyen d’une côte de bœuf, ou de tout autre morceau de viande, il s’avère que manger vegan ou végétarien ne coûte vraiment pas plus cher que de manger de la viande. Les vegans ne sont pas forcément plus aisés que les autres, ils répartissent leur argent dans d’autres produits et font attention, comme tout le monde, au prix de leur panier.

© Unsplash

10- C’est un luxe d’occidentaux ! Si tu avais faim tu mangerais de tout !

Effectivement pouvoir choisir ce que l’on mange est un luxe. Mais au final c’est une notion valable quel que soit son régime alimentaire. Que l’on soit vegan, végétarien, omnivore ou carniste convaincu, dans les pays développés, chacun décide de ce qui se trouve dans son assiette. Ce n’est effectivement pas toujours le cas pour les personnes aux revenus limité ou pour les habitants des pays en voie de développement. Mais choisir ce que l’on mange n’est définitivement pas un luxe réservé aux vegan.

© Unsplash

11- Ça te passera, tu sais. / C’est juste une mode.

Quand on devient vegan pour sa santé il peut arriver qu’il y ait un retour en arrière. Mais quand on le devient pour les animaux, c’est à dire pour des valeurs éthiques, c’est impossible. On ne peut pas remettre en questions ses valeurs du jour au lendemain, ce n’est pas une mode passagère !

Le phénomène a effectivement pris de l’ampleur ces dernières années grâce à une prise de conscience collective mais ça ne veut pas dire que dans quelques mois, chacun reprendra un régime classique.

© Unsplash

12- Tu sais, ils seront tués quand même, autant les manger.

Si les vegans n’ont pas envie de manger quoi que ce soit issu d’animaux, c’est pour tenter de mettre un terme à la maltraitance animal. Et on ne peut s’empêcher de se dire que si chacun se mettait à ce régime, ou tout au moins réduisait sa consommation de viande et autres produits animal, il est évident que le nombre d’animaux tués ou en souffrance pour la consommation humaine serait de plus en plus petit. Ainsi, si chacun pose sa pierre à l’édifice, il est possible d’envisager un monde plus sûr pour les animaux. Pour ceux que ça intéresse, il est possible de calculer le nombre d’animaux que vous avez sauvé en devenant végétarien ou vegan, en cliquant sur ce lien >> http://bit.ly/2m9kKa5.

© Unsplash

13- Mais les vaches il faut les traire, ça leur fait mal sinon !

C’est probablement l’idée reçue la plus répandue en ce qui concerne le véganisme. Et pour cause, il est vrai que traire une vache la soulage de son lait. Le fait est que les mammifères femelles ne produisent du lait qu’en cas de grossesse, pour alimenter leur petit durant les premiers mois de sa vie, jusqu’à son sevrage (comme les humains finalement). Pour faire en sorte que la vache, la brebis ou autre, produise du lait, les femelles sont inséminées tous les ans, puis leurs petits leur sont enlevés pour être engraissés ou pour enrichir le troupeau. Pendant ce temps, le lait que les femelles produisent est tiré et vendu pour la consommation humaine, alors qu’il est de base destiné au petit. Donc oui les traire les soulage mais ça serait encore mieux pour elles de ne pas être inséminées chaque année et séparées de leurs petits.

© Unsplash

14- L’homme est omnivore par nature on a toujours mangé de la viande, c’est d’ailleurs grâce à la viande que notre cerveau s’est développé.

Nos ancêtres mangeaient effectivement de la viande, mais faisons-nous réellement tout comme nos ancêtres ? Si nous avions décidé de vivre comme eux nous n’aurions pas Internet, pas de voitures, pas de smartphones….  Nos ancêtres faisaient beaucoup de choses que nous ne faisons pas, et nous faisons plein de choses qu’ils n’ont jamais faites. C’est à nous d’apporter notre contribution à l’évolution comme nos ancêtres avant nous ! Et non leur cerveau ne s’est pas développé grâce à la viande. D’autres activités comme la cueillette, la cuissson des aliments, etc leur ont permis de développer les capacités intellectuelles et cognitives dont nous avons hérités.

© Les Echos

15- Tu ne sais pas ce que tu rates.

Pour la plupart, les vegans ont connu un régime omnivore avant de changer d’alimentation. Par conséquent, ils connaissent parfaitement le goût du steak que vous êtes en train de manger. Qu’il s’agisse d’un choix fait par goût ou par conviction, le fait de ne pas manger de produits issus des animaux est un choix fait en connaissance de cause. C’est d’autant plus vrai que des alternatives vegans vraiment délicieuses existent aujourd’hui, donc les vegans savent ce qu’il « ratent » mais ils savent surtout tout ce qu’ils y gagnent.

© Unsplash

16- Si tu étais seul.e sur une île déserte tu mangerais des animaux.

Si les animaux sont présents sur cette fameuse île déserte c’est probablement qu’ils s’alimentent, donc, en théorie, je trouverais aussi de quoi manger. Et toi ? Sur une île déserte tu arriverais à adopter un régime vegan ou te laisserais tu dépérir sans animaux pour te nourrir ?

© Unsplash

17- Les végétariens je comprends mais vegan c’est vraiment trop extrême.

Même si le régime vegan peut sembler compliqué à adopter de prime abord, quand on se penche sur les options possibles on réalise très vite que de nombreuses recettes et alternatives existent pour manger vegan simplement. De plus il s’agit simplement de cohérence. En effet, quand on décide d’être végétarien c’est, en général, pour sortir du système de souffrance animale, le véganisme consiste donc simplement à pousser la démarche au bout pour être en totale harmonie avec ses valeurs.

© Unsplash

18- Mais moi je suis écolo, la viande c’est plus écologique que tous les simili vegan industriels.

Effectivement les simili vegan industriels ne sont pas tous très bons pour l’environnement. Cependant, rien n’empêche de faire son propre simili à base de légumineuses. C’est très simple à faire, très bon pour la santé, pour l’environnement et c’est délicieux. De plus, la viande  n’est pas un produit écologique non plus, entre les émissions de gaz à effet de serre, la déforestation et la consommation d’eau nécessaire pour un troupeau, l’élevage à des conséquences désastreuses pour la planète.

© Unsplash

19- Les vegans vont faire empirer la faim dans le monde parce qu’ils mangent trop de céréales.

Il y a assez de surface agricole pour nourrir tout le monde. Si chacun devenait vegan, la faim dans le monde n’empirerait pas, au contraire ! En effet, il faut plus de céréales pour produire 1kg de steak qu’il n’en faut pour nourrir un humain. Par conséquent, si les céréales destinés à l’élevage revenaient à la consommation humaine, non la faim dans le monde ne prendrait pas plus d’ampleur.

© Unsplash

20- Tous les vegans sont des extrémistes, agressifs.

Il s’agit là de l’une des pires idées reçues sur le véganisme. Certains vegans sont extrêmes c’est un fait. Mais il ne faut pas loger tous les vegans à la même enseigne. En vérité, depuis toujours et dans toutes les situations, les extrémistes sont souvent des minorités qui entreprennent des actions, parfois violentes, qui font que l’on parle d’eux. Mais tous les vegans ne sont pas des extrémistes, prêt à saccager les vitrines des bouchers et à vous rayer de leur liste d’amis si vous mangez de la viande. En fait c’est même le contraire. À la base, le véganisme consiste à prendre soin des animaux, à respecter le monde qui nous entoure et tout être vivants qui s’y trouvent. Donc stop aux idées préconçues, nous pouvons vivre ensemble en harmonie si chacun respecte les choix de son voisin !

© Unsplash

Nous espérons que cet article vous aura aidé à y voir plus clair et à comprendre un peu mieux le véganisme !

À bientôt sur Au Pied de la Lettre

Tiphaine