Crédits : WholefullyChocolate covered Katie et Emilie Eats

Ça y est, les beaux jours sont enfin là ! Le temps idéal pour déguster une bonne glace sous le soleil. Mais il est parfois difficile de trouver des glaces sans produits laitiers : elles sont assez rares chez les glaciers et dans les supermarchés. Même certains sorbets en contiennent, pour plus d’onctuosité… Non merci, nous, on préfère une version sans cruauté !

Et si on vous dit qu’il existe des glaces véganes, bonnes pour la santé et super facile à préparer ? Même pas besoin de sorbetière !

Le principe est un peu le même que pour un smoothie : on mixe des fruits, mais congelés, pour obtenir une texture glacée. La première étape est simple : on coupe des bananes en rondelles et on les met au congélateur. Ces bananes sont la base de la nice cream et garantissent une texture hyper sympa. Etape 2 : on customise ! C’est bien simple, la nice cream est déclinable à l’infini. On peut y rajouter des fruits, du cacao, des épices… Etape 3 : on mixe le tout pour obtenir une délicieuse glace ! Pour maximiser le plaisir on peut même y ajouter des petits toppings à la fin, pour du croustillant et un résultat 100 % instagramable ! Miam 🙂

On vous glisse quelques idées d’accompagnements à rajouter à vos bananes congelées :

  • Fruits rouges : fraises, myrtilles, framboises, groseilles…
  • Légumes verts pour une touche green : épinard, kale, avocat…
  • Laits et yahourts végétaux pour plus d’onctuosité
  • Dattes
  • Tofu soyeux
  • Cacao en poudre, arôme de vanille
  • Beurre de cacahuète, purée d’oléagineux
  • Sirop d’agave ou sirop d’érable
  • Feuilles de menthe ou de basilic
  • Thé matcha
  • Gingembre, épices

Et pour un résultat parfait, on se lâche sur les toppings :

  • Fruits frais
  • Graines de chia
  • Noix de coco râpée
  • Éclats de chocolat
  • Baies de Goji
  • Oléagineux : amandes, noisettes, noix de cajou…

On vous a fait un petit tableau Pinterest pour l’occasion, avec toutes les meilleures recettes de nice cream 🙂 On espère que ça va vous donner envie de vous régaler sans cruauté tout cet été !

 

On vous laisse avec une petite infographie pour tout retenir en un clin d’oeil 😉

nice cream recipe

 

Emma et toute la team Minuit sur Terre

Lires plus

Végane ou vegan

S’il y a une chose sur laquelle les véganes ne sont pas d’accord, c’est l’orthographe francisée du mot vegan : végan, vegan, végane… Personne ne semble sûr de l’orthographe à choisir.

Vegan, qu’est-ce que c’est ?

Le terme anglais vegan a été créé par le fondateur de la Vegan Society, Donald Watson, en 1944. Il est dérivé du mot vegetarian et désigne une personne qui vit sans exploiter les animaux, que ce soit pour se nourrir, pour se vêtir, pour prendre soin d’elle ou pour toute autre activité. Une personne végane ne consomme donc pas de viande, de poisson, de coquillages ou crustacés, de lait animal ou de produits laitiers, de miel et d’œufs. Elle ne porte ni fourrure, ni laine, ni cuir, ni soie,… Elle choisit des produits cosmétiques formulés sans produits animaux et n’étant pas testés sur les animaux. De plus, pour se divertir, elle ne se rend pas dans un zoo ou dans un aquarium par exemple. Il s’agit donc d’un concept moral qui se distingue du végétalisme, qui recouvre uniquement l’aspect alimentaire.

L’orthographe du mot anglais « vegan » ne permet pas aux francophones de savoir quelle prononciation adopter : on entend parfois « vigane », à l’anglaise, mais aussi « végant », « végane » ou « véjan ». Difficile de communiquer sur le véganisme si personne ne sait vraiment comment le terme se prononce…

Un débat sur l’orthographe à adopter

Dans certains pays étrangers, le mot a été adapté pour correspondre à la langue de chaque pays : en espagnol on utilise par exemple les termes vegano/vegana et en allemand Veganer/Veganerin. En France, tous les dictionnaires français ne sont pour l’instant pas d’accord sur l’orthographe du terme :  le Robert utilise le terme végane au masculin et au féminin, mais le Larousse ou le dictionnaire Hachette lui préfèrent le terme « végan(e) » qui s’accorde selon le genre. L’Office québécois de la langue française, lui, a une approche plus originale : il préfère l’expression « végétalisme intégral » à celle de « véganisme ».

Le mot « végan », utilisé au masculin par le Larousse ou le Hachette notamment, ne reflète pas la prononciation la plus courante, qui est identique au féminin et au masculin. Le terme « végane », utilisé au masculin et au féminin de manière indifférenciée, est le seul ne portant jamais à confusion concernant la prononciation. C’est un mot épicène, c’est-à-dire qu’il n’est pas orthographié différemment au féminin et au masculin.  Cela évite une différenciation de genre et permet de regrouper toutes les personnes concernées en utilisant un terme unique. Il s’agit notamment de l’orthographe adoptée par de nombreuses instances francophones représentant le véganisme comme la Société végane de France.

Végane : un terme rassembleur et facile à prononcer

Mais alors, chez Minuit sur Terre, est-ce qu’on vend des chaussures vegan ? Ou bien des chaussures véganes ? Nous avons choisi d’utiliser le mot « végane » au féminin et au masculin : il nous semble que cette orthographe est plus transparente au niveau de la prononciaton et qu’il s’agit d’un terme plus rassembleur et moins discriminant, en ce qu’il ne différencie pas les hommes et les femmes. Utiliser un mot francisé témoigne aussi de notre volonté de faire connaître le véganisme en France, sous un jour bienveillant qui correspond à nos valeurs.

Bien entendu, c’est à chacun de choisir le terme qu’il préfère employer au quotidien ! Que vous soyez vegan, végan, végane, omnivore, végétarien, végétalien, crudivore… Peu nous importe ! Vous pouvez toujours faire le choix de porter une paire de chaussures conçue avec respect 🙂

Nos sources :

Emma et toute la team Minuit sur Terre

 

Lires plus

pique nique

Crédits : She like food, Alice EsmeraldaElle à table et The Baking Fairy

Ça y est, le beau temps est de retour (dans notre contrée bordelaise en tout cas) ! C’est la saison des pique-niques en famille ou entre amis, dans un parc,  en pleine campagne ou sur la plage 🙂 Comme on est très gourmandes, on vous donne toutes nos idées pour un pique-nique végane réussi : tant qu’à se régaler, autant le faire avec respect !

 

dips humus tofu

Crédits : Elle à table, 100 % végétal et La cuisine de Jean-Philippe

Les dips

Un bon pique-nique ne serait rien sans de délicieux dips où tremper du pain de campagne ou des bâtonnets de légumes. Bien sûr, on pense tout de suite aux basiques : un délicieux guacamole ou le sacro-saint houmous. On peut opter pour un houmous classique, ou bien changer un peu avec une version aux poivrons rouges, à la betterave, aux haricots blancs ou au kale !

Le fromage végétal

On adore aussi tartiner du bon fromage végé sur du pain ou des crackers ! A vous de tester les délicieuses recettes d’Ophélie : fromage frais, corsé ou même rôti… Ça nous donne l’eau à la bouche ! Si vous êtes parisien•nne et du genre un peu flemmard•e, vous pouvez aussi opter pour les délicieux vromages de Jay & Joy.

Le tofu brouillé

Pourquoi ne pas donner à votre pique-nique un petit air de brunch en préparant un délicieux tofu brouillé ? C’est tout simple et rapide : du tofu émietté, quelques légumes, du curcuma pour une belle couleur jaune : c’est prêt ! Vous pouvez le manger tel quel, tartiné sur un peu de pain ou même roulé dans un wrap pour un effet burrito 🙂

salade falafels

Crédits : She like food, Alice Esmeralda et La cuisine de Jean-Philippe

Les salades

Les taboulés, salades de pâtes, de riz ou de quinoa… Mmh ça sent bon l’été ! On salive devant cette recette de salade de pâtes à la grecque ou ce délicieux taboulé libanais . Pinterest regorge d’idées de salades véganes fraîches et estivales : n’hésitez pas à y faire un tour pour trouver la recette qui vous permettra d’utiliser vos restes de légumes !

Les rouleaux de printemps

Les rouleaux de printemps font toujours leur petit effet ! Ils sont croquants et frais : c’est exactement ce qu’on a envie de déguster sous le ciel bleu printanier. L’avantage, c’est qu’ils sont très rapides à faire et que vous pouvez y glisser les légumes de votre choix, en fonction de vos goûts et de votre frigo 🙂 Alice Esmeralda nous en donne la recette en vidéo et sur son blog.

Les falafels

Un autre indémodable de la cuisine végétalienne : les falafels ! Ils se dégustent sur le pouce ou bien glissé dans un pain pita avec des crudités. Pour une version plus saine, on les préfère cuits au four comme dans la recette de Jean-Philippe 🙂

banana bread energy balls

Crédits : The Baking Fairy, Friendly Beauty et Cuisiner tout simplement

Les desserts

Pour le dessert, on opte pour un délicieux banana bread, pour faire le plein d’énergie pour la balade ou la baignade post-déjeuner. En parlant d’énergie… on peut aussi tenter les boules d’énergie façon brownie de Friendly beauty ! Que des bonnes choses pour un résultat hyper gourmand.

La citronnade

Comme il fait chaud sous le soleil du mois de mai, il est de mise de préparer de quoi se rafraîchir ! Qui dit boisson estivale dit citronnade : on l’adopte avec cette recette toute simple et ultra désaltérante.

Vous pouvez retrouver toutes nos idées sur notre tableau Pinterest « Pique-nique végane ». On vous souhaite un bon appétit ! 🙂

 

Emma et toute la team Minuit sur Terre

Lires plus

Mise à jour : Minuit sur Terre a lancé sa gamme de sacs vegan ! Elégants, intemporels et robustes, nos sacs en cuir vegan vous accompagneront au quotidien dans toutes vos aventures. Retrouvez tous nos modèles sur notre page maroquinerie.

Sac vegan Minuit sur Terre

Comme nous l’avons vu dans un article précédent, l’industrie du cuir est néfaste pour les animaux, pour les travailleurs et pour l’environnement. Mais s’il n’est pas éthique d’acheter un sac en cuir, quelles alternatives choisir ?

sac véganes

*crédit photo image de présentation: La Vie de Charlie

Heureusement pour vous, de jolies marques de sacs 100 % véganes existent ! Nous vous en proposons une petite sélection 🙂

Matt et Natt, Alexandra K, Fantôme

1 – Alexandra K

Alexandra K est une marque de sacs et d’accessoires véganes, conçus en fibre synthétique ou en Pinatex. Tous les modèles sont fabriqués en Pologne, dans des usines où les conditions des travailleurs sont respectées. Chez Minuit sur Terre, on a un gros coup de cœur pour le sac Sophie ! On vous l’avez d’ailleurs présenté dans notre sélection de cadeaux pour la fête des mères.

2 – Matt & Nat

Comment ne pas craquer pour les sacs Matt & Nat ? Cette marque canadienne propose des sacs et de la petite maroquinerie véganes fabriqués à l’aide de matières synthétiques recyclées. Il y en a vraiment pour tous les goûts : de nombreux modèles sont proposés, de toutes les formes et de tous les coloris !

3 – Fantome

Fantome, c’est une marque au concept innovant et écologique : elle propose des sacs conçus à partir de chambres à air de vélo upcyclées, fabriqués en France en petites séries. Ça donne des modèles super originaux et 100 % véganes 🙂

Colibri Vegan Bag Magnethik

4 – Colibri vegan bags

Colibri vegan bags est une marque 100 % parisienne et végane en cours de lancement. Ceux qui ont eu la chance d’aller au Veggie World Paris en avril les ont peut-être aperçus sur leur stand où ils présentaient leurs prototypes. Les sacs ne sont pas encore disponibles à la vente : on a hâte, parce qu’ils sont canon !

5 – Magnethik

Les sacs Magnethik sont véganes et fabriqués en France dans un petit atelier parisien. Ils sont conçus en polyuréthane éco-labellisé et plusieurs formes sont proposées, de la besace à la pochette en passant par le sac bourse.

Denis Roobol Gunas Freedom of Animals

6 – Denise Roobol

Denise Roobol est une jeune créatrice hollandaise qui conçoit des sacs et accessoires véganes. Les formes et les couleurs sont variées, toujours travaillées et ultra stylées 🙂

7 – Gunas

Les sacs Gunas sont 100 % véganes et fabriqués dans des usines respectueuses des travailleurs aux Etats-Unis, en Inde, en Corée du Sud et en Italie. Les matières sont sélectionnées avec soin et les modèles super fun 🙂

8 – Freedom of Animals

Freedom of Animals est une marque américaine qui propose des sacs véganes et éco-conçus à partir de matières recyclées. Tous leurs modèles sont fabriqués aux Etats-Unis. Nous, on adore leur sac seau Nikki !

Labante Angela Roi

9 – Labante

Labante est une marque anglaise végane et éthique. Son slogan, c’est « Fashion with respect » : autant dire qu’on s’y reconnaît bien, car chez Minuit sur Terre, le respect est le critère essentiel dans la fabrication de nos chaussures véganes. Sur leur boutique, on trouve des sacs mais aussi des bijoux !

10 – Angela Roi

Angela Roi est une marque de sacs véganes ultra stylés. On adore les sacs seau Jules, et particulièrement le modèle bordeaux (et pas seulement parce qu’on est chauvines !) 🙂

Bon shopping et à bientôt sur le blog !

Emma et toute la team Minuit sur Terre

Lires plus

Si porter de la fourrure choque de nombreuses personnes, le cuir est souvent considéré comme une matière naturelle, associée aux idées de qualité et de durabilité. Mais l’industrie du cuir, tout comme celle de la fourrure, est à l’origine d’une très grande souffrance animale. Elle est également néfaste pour l’environnement et pour la santé humaine. Nous vous listons aujourd’hui 5 raisons de ne pas acheter de cuir.

1 – Pour les animaux

Les animaux sont les premiers touchés par l’industrie du cuir, car c’est bien de leur peau dont on parle. On pense souvent que le cuir est un sous-produit de l’industrie de la viande : il permettrait alors de “recycler” la peau des animaux qui sont tués pour être mangés. La réalité n’est pas aussi simple : il ne s’agit pas d’un sous-produit, mais du “coproduit” le plus important de l’industrie de la viande. Pour certains animaux, comme par exemple les autruches, le cuir est beaucoup plus lucratif que la viande : c’est donc cette dernière qui devient un sous-produit du cuir. Il peut également s’agir d’une filière bien distincte : les animaux en question ne sont alors élevés que pour leur peau.

Dans tous les cas, acheter du cuir, c’est soutenir les pratiques de l’élevage intensif. Une grande partie du cuir provient de pays en développement comme l’Inde ou la Chine, où les lois de protection animale sont inexistantes ou inappliquées. Les pratiques autour de l’abattage y sont particulièrement violentes et causent des souffrances terribles aux animaux élevés pour leur viande ou leur cuir. La plupart des animaux sont victimes de confinement, de privation, de castration et de maltraitance.

Chaque année, 1 milliard d’animaux sont élevés et tués pour leur peau. Vaches, cochons, chèvres, moutons, ou même chiens et chats : de nombreuses espèces sont touchées. La Chine est le premier exportateur mondial de cuir. La fabrication de cuir de chien ou de chat y est courante. Ces produits sont par la suite vendus sans préciser de quel animal le cuir provient et peuvent être achetés par les consommateurs en toute ignorance.

2 – Pour l’environnement

L’élevage intensif des animaux, viande et cuir confondus, est responsable de 18 % des émissions de gaz à effet de serre, soit plus que le secteur mondial des transports. Il cause également la déforestation : après une enquête de 3 ans, publiée en 2009, Greenpeace affirme que l’élevage bovin est responsable à 80 % de la destruction de la forêt amazonienne au Brésil. A une échelle industrielle, l’élevage consomme énormément d’eau et entraîne la pollution de cette dernière ainsi que des sols, en rejetant des déjections, des antibiotiques, des hormones, des produits chimiques mais aussi des engrais et des pesticides dans la nature. Les ressources utilisées par l’élevage pour obtenir 1 kg de cuir peuvent avoir des répercussions environnementales 20 fois supérieures à celles nécessaires pour produire 1 kg de matières synthétiques telles que le polyester.

Le processus de tannage du cuir est extrêmement polluant : les déchets toxiques issus de ce traitement sont déversés dans les rivières et polluent les nappes phréatiques, provoquant de graves maladies chez les habitants des régions où les tanneries sont nombreuses, comme par exemple le quartier de Hazaribagh à Dhaka, la capitale du Bangladesh. La pollution de la rivière Buriganga, traversant la ville de Dhaka, en témoigne : suite aux déchets toxiques déversés quotidiennement dans l’eau par les tanneries, la vie des poissons et des plantes y est rendue impossible. La pollution de l’eau affecte chaque jour la santé des riverains et des travailleurs.

3 – Pour les conditions des travailleurs

Le tannage du cuir est un processus permettant de rendre la peau d’un animal imputrescible et résistante à l’eau. Il nécessite le plus souvent des matières chimiques toxiques pour la santé des travailleurs et des personnes habitant à proximité des tanneries.

Dans le monde, plus de 80 % du cuir est tanné en utilisant du chrome, produit dangereux pour la santé des employés. L’ONG Pure Earth estime que 16 millions de personnes sont exposées aux dangers du chrome dans le monde, et que 3 millions de personnes pourraient être atteintes de maladies découlant de cette exposition. Cet agent chimique peut notamment provoquer des maladies de peau et des affections respiratoires. De nombreuses études ont démontré le lien entre les cancers du sinus et des poumons et le chrome utilisé en tannerie.

Dans les pays en voie de développement où le tannage du cuir est beaucoup pratiqué, la plupart des tanneries ne fournissent ni équipement de protection ni formation appropriée pour travailler avec des produits chimiques toxiques à leurs employés. Dans ces tanneries, où aucune norme sanitaire n’est respectée, l’espérance de vie des travailleurs ne dépasse pas les 50 ans.

A Hazaribagh, le quartier des tanneries de Dahka, 50 tonnes de produits chimiques sont utilisés chaque jour pour préparer le tannage des peaux. Les habitants et travailleurs vivent au milieu de ces produits toxiques, dans un environnement saturé de chrome, de mercure ou d’arsenic. Lorsque les pluies de la mousson s’écoulent, le mélange inonde le quartier et se déverse dans le fleuve, faisant courir au riverains un danger mortel. Hazaribagh est aujourd’hui considéré comme l’endroit le plus contaminé de la planète. Cette vidéo raconte le quotidien des tanneurs indiens. Ce sont eux qui fabriquent le cuir utilisé dans la plupart des chaussures vendues en Europe.

4 – Pour des achats plus durables

Le cuir étant associé à la qualité, il est vendeur : la demande est aujourd’hui très élevée, ce qui pousse les industriels à produire plus et moins cher. La qualité du cuir que l’on retrouve dans les magasins bas et milieu de gamme est aujourd’hui médiocre. Des alternatives semblables au cuir existent, ayant une qualité et une résistance supérieure.

Les composés chimiques utilisés lors du tannage ne disparaissent pas tout seuls. Le chrome trivalent, utilisé lors du tannage, peut se transformer en chrome hexavalent lors du processus. Il s’agit d’une substance allergisante, pouvant provoquer des démangeaisons ou même de l’eczéma. Des quantités préoccupantes de chrome hexavalent sont régulièrement détectées dans les articles en cuir du commerce. Selon une enquête menée par France 5, 30 % des chaussures en cuir vendues en France contiendraient du chrome hexavalent. Les modèles bas de gamme en comporteraient généralement des quantités importantes. Certaines tanneries veillent à respecter un faible taux de chrome hexavalent dans leur production pour s’assurer de leur non-toxicité, mais elles sont cependant rares. La plupart du cuir contenu dans les chaussures vendues en France provient d’Asie, où la réglementation est insuffisante.

5 – Pour devenir un consom’acteur

Chacun de nos gestes quotidiens a un impact sur le monde qui nous entoure. Choisir de ne pas acheter des produits dont les valeurs ne nous correspondent pas, c’est arrêter de cautionner des pratiques néfastes. On dit souvent que le vote le plus efficace est celui fait avec son portefeuille. Comme disait Coluche : Quand on pense qu’il suffirait que les gens arrêtent de les acheter pour que cela ne se vende plus”.

Il est aujourd’hui possible d’opter pour des alternatives semblables au cuir sous tous ses aspects, qui respectent les animaux, l’environnement et les travailleurs. La qualité et la durabilité de ces matériaux est semblable à celle du cuir. Choisir d’acheter des chaussures véganes, conçues avec respect, c’est cautionner des pratiques bienveillantes pour les animaux et la planète, et dire non à une industrie néfaste qui cause souffrance et pollution.

Les chaussures véganes Minuit sur Terre sont conçues sans cuir et sans aucun produit d’origine animale. Les matières utilisées proviennent d’Italie : il s’agit de fibres synthétiques sans solvants. La doublure intérieure est constituée d’une fibre naturelle et écologique à base de céréales. Nos modèles sont fabriqués dans la région de Porto, dans de petites usines respectant les droits des travailleurs. Chaque paire de chaussures Minuit sur Terre est pensée pour être éthique et respectueuse du monde qui l’entoure, tout en restant désirable et stylée 🙂

On vous laisse avec un petit résumé en image : n’hésitez pas à le partager pour convaincre votre entourage !

Pourquoi ne pas porter de cuir ?

Emma et toute la team Minuit sur Terre

Nos sources :

Lires plus