#6. Pachamamaï, marque pionnière du zéro déchet en France

Ces dernières années, les cosmétiques solides se développent de plus en plus et font leur place dans la salle de bain de nombreux ménages. Pratiques, bons pour l’environnement et pour la santé, ils sont pourtant encore considérés comme complexes ou inconnus pour certain·e·s.

Aujourd’hui, on brise la glace ! Nous vous invitons à en savoir plus sur ce type de produits et leurs multiples bienfaits avec Ludvina Sanchez, fondatrice de la marque de cosmétiques solides artisanaux Pachamamaï.

L’histoire de Pachamamaï

Produits Pachamamaï

Pachamamaï est né en 2012, lorsque les cosmétiques solides étaient encore inconnus en France. Quelque temps plus tôt, Ludvina découvrait les savons à froid.

Très intéressée par la partie création des savons, elle s’est lancée. Cela représentait alors une activité à côté de son travail, un hobby durant son temps libre.

Mais au fil du temps, son entourage l’a encouragé à dépasser le simple loisir. D’une activité ludique, elle est passée rapidement à l’idée d’un projet professionnel. La transition s’est faite très facilement, car il y avait une réelle demande pour ce type de produits.

Ainsi, les premiers savons ont été développés fin 2012, mais ce n’est qu’à partir de 2013 que la fondatrice décide d’aller encore plus loin en proposant des shampooings solides. Petit à petit, toute une gamme s’est formée et a été distribuée par la SCOP NAHé Cosmétiques.

Le besoin de pédagogie en tant que marque pionnière

Les cosmétiques solides étaient loin d’être ancrés dans les usages aux débuts de la marque. Ludvina savait que ce qui était à ce moment-là une niche, pouvait se transformer en un véritable marché. Elle ne s’est pas trompée !

La niche a explosé pour s’ouvrir au monde, certainement grâce à des évènements comme la COP21 qui a eu lieu en France et a pu faire bouger les mentalités ou encore grâce aux mouvements alternatifs qui se sont engagés.

Au fil des années, les motivations d’achat ont évolué, la notion d’engagement environnemental ou sanitaire prend une place de plus en plus forte dans les choix des consommateur·rice·s.

Ainsi, avec un nouveau type de produits sur le marché, Pachamamaï a dû faire preuve de pédagogie. Face à un galet solide sans indication sur son utilisation, on peut vite se sentir un peu perdu·e !

La marque a décidé dans un premier temps de ne travailler qu’avec des petites boutiques proches de leurs client·e·s pour être sûrs que l’information sur l’utilisation des produits soit transmise correctement.

Les réseaux sociaux ont également permis une plus large communication. La marque a pu partager des vidéos expliquant le mode d’utilisation des cosmétiques solides de manière ludique tout en répondant à toutes les interrogations.

 

Avec cet immense travail de pédagogie, le domaine des cosmétiques solides s’est élargi. Il y a toujours besoin de pédagogie aujourd’hui mais le public est différent.

Les grandes marques se sont insérées sur ce marché, la cosmétique solide est de plus en plus populaire et tend à se démocratiser : cela montre que ce type de produits est accessible à tous !

Le parcours de Ludvina et son rapport aux cosmétiques

Aussi étonnant que cela puisse paraître, les cosmétiques n’intéressaient absolument pas Ludvina ! Elle se considère comme une utilisatrice lambda, avec ses quelques marques fétiches, mais jamais beaucoup de produits dans sa salle de bain.

Ce qui l’a poussé à se lancer dans l’aventure Pachamamaï, ce sont les valeurs derrière ce projet. Elle aurait pu se lancer dans un autre domaine tant que les valeurs restent les mêmes et qu’elle a un libre choix dans la créativité et la découverte.

Dans le monde des cosmétiques, elle a eu un coup de cœur pour les plantes qui sont devenues son inspiration au quotidien. Elle apprécie également l’aspect scientifique, avec des compétences à développer pour pouvoir se lancer dans la formulation de produits.

En effet, avant d’entreprendre, Ludvina ne travaillait pas du tout dans ce milieu professionnel, elle était psychologue environnementaliste !

Les valeurs fortes de la marque

Pachamamaï est une marque qui n’hésite pas à remettre en cause ses valeurs au fil des connaissances accumulées et des ressources mises à disposition.

La première valeur primordiale pour la fondatrice de Pachamamaï est le respect de la santé. La notion d’innocuité est absolument fondamentale dans ses formulations, les produits doivent être inoffensifs.

Logo Zero Waste France

 

De plus, l’impact environnemental en amont et en aval est très important. Aujourd’hui, on parle beaucoup de zéro déchet, mais au lancement de Pachamamaï en 2012, le terme était encore inconnu en France, bien que déjà utilisé par l’association Zero Waste.

Ludvina a toujours souhaité qu’il n’y ait pas de plastique dans ses produits, qui risquerait de transférer des microparticules sur la peau des consommateur·rice·s. Elle porte un intérêt particulier à ne pas prélever des ressources précieuses qui vont appauvrir l’environnement. C’était donc une nécessité de réfléchir avec conscience de son impact sur la planète !

Le dernier point primordial pour Pachamamaï est la question du commerce équitable. Dès le début, Ludvina souhaitait créer un “social business” : le seul modèle qui existait était la SCOP (Société Coopérative et Participative), elle s’est donc engagée dans cette structure juridique qui correspond à ses valeurs d’engagement commun. Elle a eu la chance de s’entourer d’une équipe très engagée dès le début, qui a participé à la création de la SCOP, de cet univers collaboratif avec les partenaires.

Pachamamaï est une marque qui se distingue par sa fabrication : tous les produits sont créés grâce à un processus artisanal ! Au fur et à mesure de l’augmentation de la demande, de nouveaux outils sont utilisés par l’équipe pour soulager le processus qui peut être très répétitif.

Une vraie démarche globale est proposée, de l’origine des matières premières à la fabrication des produits en passant par la structure même de l’entreprise !

Savoir dire non pour être en accord avec ses valeurs

Au tout début de Pachamamaï, Ludvina créait un savon avec du miel et de la cire d’abeille qui avait beaucoup de succès. Après avoir acheté du miel biologique, elle constate qu’il a peu de goût et aucun parfum. Après s’être renseignée par la suite, elle se rend compte que l’on vend plus de miel que ce que les abeilles peuvent fournir dans le monde.

Elle s’est alors questionnée : au final, d’où vient ce que l’on mange ? Qu’est-ce que cela peut impliquer sur l’exploitation des abeilles ?

Ses recherches lui ont serré la gorge. Elle s’est alors dit que si Pachamamaï se développe et devient une grande entreprise, elle devrait utiliser beaucoup de miel.

Émue par ses recherches, Ludvina dit stop à l’utilisation de miel au sein de son entreprise, pour éviter que de gros volumes de production n’aient un impact trop important sur les abeilles.

 

 

Depuis, Pachamamaï est une marque entièrement vegan, c’est d’ailleurs la première marque certifiée par PETA en 2013.

 

Logo PETA cosmétiques
Shampooing Pachamamaï

En tant qu’entreprise engagée, il est nécessaire de savoir où est sa limite, son non-négociable. Selon Ludvina, le miel est l’une des plus grandes richesses de la nature. Il permet aux abeilles de se nourrir, de passer l’hiver, de se prémunir contre les parasites, et de renforcer leur système immunitaire.

Enlever le miel dans la formulation a été un réel challenge, il a permis d’aller encore plus loin pour proposer des produits toujours plus responsables et respectueux de la peau.

Pour tous ses choix de formulation, l’équipe évite les ingrédients polémiques (tels que l’huile de palme) et essaie de prendre la décision avec laquelle elle se sent le plus en accord même s’il est impossible d’être 100 % parfaite ! Ludvina est en veille constante pour savoir ce qui se fait, les nouvelles matières qui se développent pour pouvoir faire les meilleurs choix. Le tout, en faisant attention à ce que les valeurs éthiques de la marque soient toujours respectées.

Chez Minuit sur Terre, même état d’esprit ! Lorsque Marie, fondatrice de Minuit sur Terre, s’est lancée, il y avait beaucoup de matières synthétiques puis au fil des années, il y a eu des matières végétales et recyclées. L’important, quand on entreprend, c’est d’avancer pas à pas, de réfléchir sur les conséquences de ses choix, et de se remettre en question en permanence.

Les challenges rencontrés en tant qu’entrepreneur·e

En tant que cheffe d’entreprise, Ludvina est ravie d’apprendre tous les jours sur différents métiers. C’est un véritable challenge face à une croissance hallucinante. Il faut pouvoir trouver des solutions, recruter les bons profils, ne pas compter ses heures : le tout en gardant les valeurs de Pachamamaï !

Entreprendre, c’est de nouveaux défis chaque jour, il est donc important de choisir ses partenaires en fonction de leurs engagements (vegan, zéro déchet, pédagogie…) pour proposer le service le plus adapté.

Se lancer en tant que femme dans l’entrepreneuriat apparaît également comme un challenge. Faites vous confiance mesdames, quels que soient les retours. Quand Ludvina s’est lancée, certaines personnes l’ont freiné en lui disant que le marché était saturé, tandis que d’autres l’ont encouragé. Une des grandes caractéristiques du féminin selon Ludvina, c’est l’intuition, la capacité à entendre ses petites voix.

Pour se faire confiance dans le monde du travail, il est nécessaire d’accepter de faire des erreurs, de prendre des risques, et ne pas s’en vouloir. Les femmes sont souvent confrontées au syndrome de l’imposteur, car elles sont minoritaires dans l’entrepreneuriat face aux hommes.

Laetitia et Aurore, fondatrices de REV Society, la marque française de collants recyclés partagent ce ressenti, vous pouvez retrouver leur interview à travers notre article de blog !

Ludvina souhaite se sortir de cette idée de parité : le plus important, selon elle, c’est de travailler avec les bonnes personnes, celles qui nous inspirent, quel que soit leur genre.

Shampooing solide Pachamamaï Kidoodoo

Au lycée, une citation du philosophe Sénèque l’a complètement chavirée : “Il n’est pas de vent favorable pour celui qui ne sait où il va”.

Dans son activité entrepreneuriale, si elle ne fait pas preuve d’un optimisme constant dans ses pensées et dans ses actes, elle n’y arrivera tout simplement pas. Dès qu’elle fait face à une situation difficile, elle se rappelle de cette citation et refuse de voir les choses de façon négative.

Les produits chouchous et les futurs projets de la fondatrice

Ludvina a ses produits fétiches parmi la large sélection proposée par Pachamamaï. Tout d’abord, elle craque pour Crystal, le premier dentifrice solide. Utile en toute circonstance, il cache une très belle histoire.

Son nom vient de la série Breaking Bad, à laquelle elle souhaitait faire un clin d’œil car elle la regardait pendant la création du produit. Crystal est une belle histoire car c’est une co-conception. Au tout début, le dentifrice était commercialisé auprès de leur partenaire historique Day by day, qui est une boutique de vrac engagée dans l’écologie.

Suite à leurs retours, l’équipe de Pachamamaï a pu aller plus loin dans la conception du produit avec un concept de boîte rechargeable. Ainsi, ils sont devenus les premiers à proposer un dentifrice solide rechargeable.

Dentifrice solide Crystal Pachamamaï
Shampooing solide Glamourous Pachamamaï

Son second produit chouchou est le shampooing. Chez Pachamamaï, vous retrouverez des shampoings solides adaptés à chaque type de cheveux. Sa première motivation pour sortir du lit le matin était de prendre une douche avec les savons : le contact, les odeurs, l’aspect artisanal… Une multitude de raisons de profiter d’un moment de reconnexion.

Chacun des produits a une histoire qui l’accompagne et qui la touche. Pachamamaï place la sensorialité au cœur de ses préoccupations : pas question de proposer des produits qui ne moussent pas, n’ont pas une douce odeur ou un toucher agréable. Le fait d’utiliser des cosmétiques solides étant inhabituel, cela permet de vivre leur utilisation avec plus de sensorialité, d’être plus attentif·ve…

Pachamamaï aimerait aller encore plus loin dans sa démarche pour être au plus près des consommateur.rice.s, de leurs habitats, pour contribuer à une vie plus douce. De nouveaux projets se sont développés : un Kit première lune avec des serviettes hygiéniques en coton bio lavables, un flyer explicatif sur le cycle féminin pour avoir une approche pédagogique afin de comprendre le cycle menstruel.

Un grand merci à Ludvina Sanchez pour ce riche moment d’échanges et d’apprentissages. Si le podcast vous a plu, n’hésitez pas à déposer un avis sur Apple Podcast, Cannelle sera ravie !

On se retrouve pour un nouveau podcast “Osez l’éthique” sur votre plateforme de podcast favorite un mercredi sur deux sur des thématiques liées à la mode éthique, à l’écologie, à l’entrepreneuriat engagé et à la slow life.

Pour retrouver Pachamamaï : Site webInstagram Facebook

Les points de vente où trouver Pachamamaï